Bordeaux-Floirac

 

 

Lorsque j'avais 13 ans, mon but était de venir travailler en cet endroit, être Astronome a l'observatoire de Floirac était mon rêve. La vie en a décidé autrement, mais l'aura extraordinaire du lieu est toujours resté présent à mon esprit.

Ces quelques photos montrent des instruments historiques, et pour certains, toujours en activité, mais malheureusement pour combien de temps ?

Le voyage débute au sommet d'une colline surplombant la vallée de la Garonne, à l'est de Bordeaux, dans un parc paradisiaque pour les astronomes et les étudiants ......

La deuxième antenne de l'ancien interféromètre millimétrique, devenu ozono-mètre

visible sur la droite du chemin menant aux coupoles

La coupole de la petite lunette solaire, ayant accueillie en son temps

  l'un des spectrophotomètres les plus performant de sa génération

A gauche le batiment de la grande lunette, a droite celle du T60

Le vieux radar Allemand, transformé après la guerre en radiotélescope

 

Détaillons maintenant les instruments présents sur le site :

Le T60.... avec lequel j'ai joué

 

Jolie monture, identique d'ailleurs à celle du téléscope de St Véran (une secrétan si je ne me trompe pas)

Dans la coupole suivante, la grande lunette (celle qui ressemble à la lunette de Tintin dans l'étoile mystérieuse ;-)):

 

C'est a s'y méprendre, mais cette lunette (dont j'ai oublié les caractéristiques, mais que je vérifierait incessamment sous peu), est quasi identique à la lunette ARAGO, visible sur le page relative a l'observatoire de Paris.

Instrument suivant, la lunette de la cartes du ciel, dont on retrouve des exemplaires un peu partout dans le monde, et entre autres, à l'observatoire de Jolimont à Toulouse.

On remarque encore le support de plaque photographique à l'arrière de l'instrument

Dernier instrument, et non le moindre, la lunette méridienne, là aussi identique a celle de l'observatoire de Jolimont à Toulouse, a ceci près que celle de Toulouse est restée dans l'état dans lequel elle était vers la fin du 19ème siécle, et cela fait d'elle une véritable pièce de musée. Celle de Bordeaux, par contre, est encore en activité, son instrumentation à été modernisée, et elle a servi jusqu'a il y a peu a faire de l'astrométrie de position, confirmant (ou infirmant) les données astrométriques du satellite Hyparcos.

 

Un instrument magnifique, une manip superbe.... Pourvu que cela continue ......

C'est moi de dos ;-)

Accueil Remonter